Gardiennes

Presentation

  • Catégorie(s)
  • Style(s) Pièce de Théâtre
  • Email contact@lapierrebrute.net

GARDIENNES :

Gardiennes… Dix portraits de femmes d’une même lignée familiale, de 1920 à nos jours, livrent leurs témoignages sur la découverte de l’amour, de la sexualité, de l’enfantement. Elles lèvent le voile, avec honnêteté et humour sur des secrets et des actes parfois interdits.

Des récits forts, drôles et bouleversants interprétés par Fanny Cabon.

La pièce

Gardiennes… un siècle de témoignages de femmes d’une même famille qui découvrent la sexualité, l’amour et partagent leurs confidences sur la maternité et l’enfantement.

Elles lèvent le voile, avec poésie et honnêteté sur des secrets et des actes parfois interdits. Des histoires cachées, enfouies, qui ne se disaient et ne se disent (encore maintenant) la plupart du temps qu’entre femmes.

Une pièce sur la transmission. Des récits forts, drôles et bouleversants interprétés par Fanny Cabon.

Spectacle Elu MEILLEUR SEUL EN SCENE AVIGNON OFF 2018 par Avignon à l’Unisson

« Un sujet bouleversant servi par une écriture au scalpel et sans pathos avec une interprétation pleine de grâce et d’élégance de Fanny Cabon » (Jean-Philippe Daguerre, metteur en scène, comédien)

« C’est une pièce magnifique ! Interprétée avec fougue, conviction, sensibilité et grand talent » (Blandine Métayer, comédienne)

 

L'auteure et Interprète / Metteur en scène
L’auteure et Interprète : Fanny CABON

 

Note d’intention de l’auteure :

Depuis mon enfance, j’ai été bercée par les histoires et mésaventures de mes grandes tantes, de leurs filles, de ma grand-mère et de ma mère.

« Roh ! Il faudrait qu’on en fasse un livre, de nos histoires. Y a de quoi faire ! » disaient-elles.

Alors, j’ai eu besoin de rendre hommage à ces gardiennes de la vie, à ces gardiennes des secrets. Pour célébrer leur courage, leur abnégation et leur joie de vivre.

De ces sujets délicats – l’intimité, la sexualité souvent subie…-, j’ai voulu écrire une pièce en forme de témoignage, un texte qui leur ressemblerait, en reprenant leurs paroles souvent touchantes, drôles parfois, perlées de poésie, mais toujours sincères et vraies, incarnées.

C’est une forme d’hommage que je rends à ces femmes ordinaires qui avaient l’intelligence du cœur, le bon sens populaire et le parler juste, avec l’espoir que le spectateur aura autant de bonheur à les découvrir que j’ai eu à les connaitre.

Fanny CABON – Auteure & comédienne :

A 15 ans, elle décroche déjà plusieurs contrats professionnels. Elle part en tournée théâtrale à 17 ans avec la pièce de Roger Ferdinand «Pas d’âge pour l’amour» mis en scène par Robert Manuel.

Puis elle joue régulièrement dans des classiques avec différentes compagnies (Molière, Marivaux, Racine, Feydeau…) que des créations (« Voltaire, de la tolérance à la raison », « Scènes de ménage »

ou « La confession d’un enfant du siècle ») sous la direction de Jean-Luc Gonzales, Gérard Malabat, Pierre-Marie Carlier, Jean-Philippe Daguerre…

Elle obtient également des rôles au cinéma (avec Philippe Lioret) et la télévision dans de nombreuses séries et téléfilms sous la caméra d’E.Dhaene, O.Barma, E.Leroux, E.Duret, P.Isoard, B.Arthuys…

En parallèle, depuis plus de 15 ans elle est aussi formatrice (communication, gestion du stress…)

En 2016, elle écrit Gardiennes pour rendre hommage aux femmes de sa famille, de son arrière-grand-mère à sa fille.

Metteur en scène : Bruno DE SAINT RIQUIER

 

Notes d’intention pour une mise en scène de Gardiennes :

Ce n’est pas une mince affaire que d’être porteur d’une confiance de femme. Elle choisit un homme dont la tâche est d’exposer la parole de toutes ces femmes éblouissantes.

Avec ce seul outil du théâtre : de la parole portée, incarnée, éprouvée. C’est une grande responsabilité. Fanny veut évoquer ces femmes : les rendre présentes, les retrouver réelles à travers elle-même, porter cette parole à travers elle seule. C’est légitime car d’une certaine manière, elle en est issue.

Son corps doit être l’écho de toutes ces femmes, certes, mais cet écho charnel, cet écho de sang est tellement évident qu’il nous faut le mesurer. Alors sans emphase, sans effets étouffants, ne pas appuyer sur les mots (maux), ne jamais forcer le trait. Etre ni juge, ni militant. Rendre cette parole au constat seul, comme en offrande au public. Pour qu’on la regarde de l’extérieur, qu’on la considère enfin et qu’on la garde en écho à notre tour.

Scénographie et mise en scène épurées, une table, objet central du quotidien de toutes ces femmes, un tabouret, un habillage sonore qui marque des époques et le temps qui passe, le tricot en fil rouge de sang, une pelote de laine, quelques symboles et rien de plus. Ce sont les voix du corps qui parlent. Des corps de femmes qui fonctionnent et qui causent à l’abri des secrets dévoilés, des intimités écorchées.

Il y a quelque chose de sacré dans cette transmission qu’il ne faut pas déranger, mais servir.

Allons à la rencontre de ces gardiennes, regardons-les sourire car leur joie est peut-être la clef de tous leurs secrets.

Bruno DE SAINT RIQUIER – Metteur en scène :

Il a dirigé pendant douze ans « Le Nickel » Théâtre de Rambouillet. Il joue dans La Ménagerie de verre (Théâtre du triangle, 1987), Le Bruit de la Vie (Théâtre de la Forge, 1990), La mère confidente (Arthélème, 1998), Les Bonnes et Conversations après un enterrement (Théâtre de la poursuite, 2000), Le Silence de la mer (Cie Avant-Quart) et 3 hommes sur un toit (Théâtre du détour m.e.s. Antoine Marneur,2017). Avec sa compagnie il développe un travail de fond autour de la lecture publique orale en créant Les Lectorales.

Après des assistanats notamment auprès de Raymond Gérôme (La Maison du Lac avec Jean Marais et Edwige Feuillère, 1986), il signe sa première mise en scène en 1992, avec Les Voisins de James Saunders. Viendront ensuite une quinzaine de spectacles dont : La Ronde, Gilles et la Nuit, Roméo et Juliette, Be-Bop, Outrage à l’évolution, Toït Toït!, Les Nouveaux Diablogues, Lettres de Famille, Saint- Just, Célimène et le Cardinal, ou encore Noël c’est Noël ou le voyage de Balthazar qu’il écrit pour le jeune public.

Installé en région Centre depuis 2006, il a travaillé avec la Cie de l’Ange ; a mis en scène deux spectacles pour la Cie du Barouf (No et moi, de Delphine Le Vigan et La patience des buffles sous la pluie) et développe depuis quelques années avec le Théâtre du Détour d’Antoine Marneur une réelle complicité de travail.

Vidéos

Lieux de représentations

Du 05 au 28 juillet 2019 au Festival OFF d’Avignon, Théâtre des 3 Soleils, 20h00

Dates à venir